AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Apologize Feat. Dianna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
A Astoria depuis : 08/04/2017
Autographes : 1863
Métier : acteur et mannequin


more about me
statut: compliqué
my life :
people i care about :


MessageSujet: Apologize Feat. Dianna   Dim 9 Avr 2017 - 16:12

*Fashaback*


" Chérie, je suis rentré! " déclarais-je en cherchant ma fiancée du regard, elle était entrain de regarder la télé dans le salon, alors je courais pour sauter par-dessus le dossier du canapé et la rejoindre. " Alors tu viens même plus à la porte pour dire bonjour à ton trèèès séduisant fiancé? " la questionnais-je sans la quitter du regard en commençant à rire. Dianna était magnifique, cela faisait à peine quelque jours que je lui avais demandé sa main. Nous venions enfin de terminer la promo de Number 4. " Vous m'avez ensorcelé mademoiselle Agron. " ajoutais-je séducteur en embrassant le dos de sa main. Si j'avais seulement su ce que je ferais avec Kristen Stewart quelques jours plus tard....


*fin du flashback*

Bon il fallait y aller, je ne pouvais plus reculer. PORTE TES COUILLES ALEX! Voilà ce que je me répétais. Tel un boxer avant d'entrer sur le ring, je sautillais d'un pied sur l'autre. Elle était là, à quelques dizaines de mètres devant un rayon rempli de peluches toutes plus grosses les unes que les autres. Son enfant n'était pas avec elle, je regardais bien partout de là où je me trouvais pour vérifier. Il devait être avec son père. Les deux mains fixées sur les poignées du caddie, je décidai de foncer dans le tas. Evidemment, je ne parlais pas de Dianna, mais des rayons qui se trouvaient juste derrière elle. Et voilà, j'étais lancé, je courais dans l'allée : «  Aaaah attention ! » criais-je comme si je perdais le contrôle de mon caddie tendis qu'il allait s'exploser dans les étagères. Renversant une tonne de doudou sur la jeune femme : «  Oh pardon, mille excuses, je suis sincèrement désolé, je n'ai pas su contrôler mon chariot. » mentis-je à la perfection en poussant mon caddie sur le côté pour lui enlever les ours en peluche qui la recouvraient, les reposant à leur place du mieux que je le pu. Puis une fois qu'elle fut à porté de vue, que je me suis retrouvé si près d'elle... mes yeux plongés dans les siens, j'ai senti quelque chose... Là dans mon coeur, comme un soubresaut. Comme un arrêt long et perceptible. J'avais complètement oublier comment il fallait respirer. J'allais tout de même pas nous faire une crise d'angoisse ? Respire Alex ! M'hurlait ma conscience, je respirais profondément. Réagis! Pour le coup je n'avais pas du tout prévu que je puisse avoir une telle réaction. Il fallait que je réagisse, que j'improvise : «  ça va ? Elles ne t'ont pas trop fait mal ? » la questionnais-je en parlant des peluches, une touche d'hmour dans la voix, comme à mon habitude tout en laissant un sourire se dessiner au coin de mes lèvres tout en l'aidant précautionneusement à se relever. Comme si je n'éprouvais aucune culpabilité à la revoir. Et pourtant. C'était si troublant de la voir face à moi. Malgré toutes ces années elle n'avait vraiment pas changé. Et comme si je ne pouvais pas me contenir, que je devais dire absolument le fond de ma pensée... : « Waw... t'es magnifique. J'avais presque oublié. » puis je me rendis compte que je tenais toujours ses mains dans les miennes, alors je les lâchais. C'était une femme en concubinage. Par respect pour son compagnon, je ne devais pas trop la toucher. Je regardais les peluches «  C'est pour ton fils ? Il en a de la chance... » énonçais-je en soutenant son regard, bien que ce soit plus difficile qu'il n'y paraisse. Je commençais à sentir ma gorge s'assécher et j'avais du mal à déglutir en dépit des apparences. Cependant, je ne me laissais pas démonter. J'avais un objectif en tête, et je ne comptais pas lâcher l'affaire avant de l'avoir accompli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 05/12/2013
Autographes : 1640
Métier : Actrice


more about me
statut: fiancée
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: Apologize Feat. Dianna   Dim 9 Avr 2017 - 16:53

Alex Pettyfer, Dianna Agron / Apologize

I just know you saved my life, you saved me. I'mma be alright, you saved me. How can I stand next to you all alone and do nothing at all? It starts in my hands, straight to my bones, head spinning when you fall. With my heart safe and sound, I stay. And my feet on the ground, I say. I've never been higher. Let the world catch fire. Living, loving, I stay. ▲ Hedley


Ils ont été heureux à un moment donné. Ils ont été ensemble et ont été heureux à une époque. Si tout ce qu'elle gardait comme souvenir était qu'il l'avait trahie, elle essayait d'oublier tout ce qui s'était produit à cette époque et surtout, oublier qu'il a été dans l'existence qu'elle pouvait mener. Il a brisé le cœur de Dianna tandis qu'ils étaient fiancés. Aujourd'hui, Dianna est une fois supplémentaire, fiancée, sauf que cette fois-ci, c'est Ian Harding l'heureux élu. Tout était presque idyllique dans sa relation auprès d'Ian Harding. Hormis Shantel évidemment.

Flashback

Dianna eu affiché un sourire tandis qu'elle eu aperçu dans ses oreilles sa voix retentir dans leur appartement si silencieux. Embrasser l'acteur était devenu une habitude qu'elle trouvait agréable. « Je viens quand je sais que tu rentres, et tu devrais savoir que je t'aime malgré tout. N'est-ce pas ? » dit-elle tandis qu'elle observait l'acteur. Numéro quatre fut terminé et ils s'étaient fiancés. Ils étaient heureux ensemble et elle espérait qu'ils pourraient construire un avenir ensemble. « Je t'aime Alex Pettyfer. » dit-elle alors qu'elle sourit. « Bientôt j'aurais ton nom. » dit-elle embrassant Alex. L'homme qui était devenu son fiancé.

Fin du Flashback

Dianna essayait de trouver la peluche qui pourrait convenir à Thomas. Dianna a réussi au fur et à mesure des années, à oublier Alex Pettyfer et toute la souffrance qu'il a pu engendrer quand ils étaient ensemble, et au moment de leur séparation. Tout ça, elle a réussi à l'oublier quand elle a commencé à tomber amoureuse d'Ian Harding. Tout ce qu'elle voulait, c'était aller de l'avant, et elle savait que plus jamais, Alex apparaîtrait devant elle. Aujourd'hui, Thomas était auprès d'Ian et donc, elle faisait ses achats tranquillement. Dianna avait été se faire masser durant une heure et sortant tout juste de sa séance de massage,elle  était à présent dans un magasin parcourant les allées afin d'acheter une fameuse peluche destinée à Thomas, l'enfant qu'elle a eut. Quelqu'un, elle ignorait qui, eut des difficultés à contrôler le caddie qu'il possédait, ainsi elle se retrouvait assommée de nombreuses peluches, heureusement, il s'agissait simplement de peluches. Dianna se tournait vers la personne qui avait engendré cet accident puis elle fut interdite.

DIANNA : « Alex ? Qu'est-ce que tu fabriques ici ? » dit-elle tandis qu'elle arque les sourcils. Soit elle hallucinait et cet homme ressemblait à Alex Pettyfer. Soit il s'agissait d'Alex et elle l'assainirait sans hésitation d'une gifle afin de se libérer. Zen, se disait-elle intérieurement observant les peluches étalées sur le sol.

Il s'excusait d'avoir été si maladroit. Il aurait dû s'excuser à cette époque où il a préféré Kristen Stewart. Sa meilleure amie à cette époque. Il ignore ce qu'ils sont à présent, si ça se trouve ils sont mariés et ont déjà deux enfants. Dianna essayait de faire sortir toute sa colère et sa fureur tandis qu'elle l'observait, sauf qu'elle fut incapable de le faire. Comme-ci tout ce temps écoulé avait fait qu'à présent, elle voulait juste l'éviter et s'abstenir tout simplement de le voir jusqu'à sa mort.

DIANNA : « Je te le répète, qu'est-ce que tu fais ici ?» interroge-t-elle. Si elle était étonnée de voir qu'il était dans ce magasin, elle s'interrogeait surtout à propos du fait qu'il était à Astoria. Que faisait-il à Astoria d'ailleurs, sachant qu'il était sans doute à Astoria accompagné de Kristen. « Ca va. » dit-elle froidement.

Dianna fut à présent sur ses deux jambes. Totalement face à l'acteur. Abasourdie qu'il soit à Astoria, qu'il soit dans ce magasin, qu'il existe toujours. Tout simplement.  

DIANNA : « Tu es alzheimer ?» interrogea-t-elle tandis qu'elle l'observait. Il agissait comme-ci ils s'étaient quittés dans d'excellents termes et qu'ils étaient prêts à se retrouver, comme au bon vieux temps. « J'ai des difficultés à te suivre. » Soit, le revoir était spécial, elle ignorait sur quel pied danser. Toute sa colère était présente et pourtant incapable de la faire sortir. Un soupir s'échappe.  « Comment tu sais que j'ai un fils ? » dit-elle alors. « Tu m'as suivi tout ce temps ?» dit-elle. « Tu as épousé ta chère Kristen Stewart ? » dit-elle alors qu'elle s'égare dans un moment où à l'époque, ils étaient toujours heureux. Il regarde les peluches. « Tu te fiche de moi, c'est ça ?» dit-elle alors qu'elle le regarde, détournant ainsi le regard sans attendre incapable de le soutenir.

©clever love.

-●-



Dernière édition par Dianna E. Agron le Dim 9 Avr 2017 - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 08/04/2017
Autographes : 1863
Métier : acteur et mannequin


more about me
statut: compliqué
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: Apologize Feat. Dianna   Dim 9 Avr 2017 - 18:22

Sortir de mes pensées pour mieux retrouver la réalité, voilà ce que je m'obligeai à faire. Bien entendu je savais comment notre histoire s'était terminée. J'avais couché avec Kristen Stewart. Nous étions attirés l'un par l'autre et un soir, dans un jacuzzi, une coupe de champagne à la main à 10 000km de Dianna, tout est parti en vrille. Ce jour-là, j'ai signé la fin de ma relation avec ma fiancée. Mon ex-fiancée. Elle n'avait jamais voulu entendre mes excuses et je ne pensais pas avoir l'audace pour venir me présenter devant elle après ce que j'avais fait. Alors j'ai laissé le temps agir à ma place. J'ai laissé la femme que j'aimais pleurer et guérir. Je lui ai laissé la seule chose sur laquelle j'avais encore du contrôle : ne plus m'avoir dans sa vie. Cependant ce que je ne savais pas c'était que cet acte que j'avais commis resterait gravé à jamais dans ma mémoire... Et qu'en pensant à Dianna je ne pourrais jamais passer outre. Alors pour ma conscience et ma sérénité personnelle il fallait que je m'excuse. Tant qu'elle n'était pas encore morte, je devais saisir cette opportunité. D'autant plus que Marloes partie je me remettais en question. Etais-je un si mauvais fiancé ? Néanmoins, je ne m'apitoyais pas sur mon sort. A vrai dire j'étais d'un naturel positif et le rire a toujours été ma meilleure arme. Alors cela pouvait sembler étrange que je me présente avec le sourire mais je ne voyais pas d'autres moyens sur le coup. Et puis je voulais juste présenter mes excuses et partir. Pour être honnête je ne comptais pas m'éterniser. Elle avait sa vie et c'était préférable que je n'y reste pas trop autant pour elle que pour moi. Après avoir stratégiquement jeté mon caddie dans les rayons à proximité de la femme que j'avais sincèrement aimé durant de longues années, je m'excusais pour cet acte maladroit. Mais automatiquement elle comprit qui j'étais et me demanda ce que je faisais ici. Je ne pouvais pas lui dire la vérité, vous imaginez ? Ah je t'ai juste espionnée t'inquiète, tu vas rire mais j'ai embauché un détective privé pour savoir ton planning de la journée EXPRÈS ! Tout cela JUSTE pour m'excuser d'avoir été un connard et soulager ma conscience voilà voilà... non je ne pouvais définitivement pas dire la vérité. Alors je fis comme si je n'avais rien entendu et m'excusai pour avoir tout fait tomber sur elle. Me préoccupant avec intérêt d'un dauphin que je reposais soigneusement sur l'étagère. «  Elle est vraiment très sympathique cette peluche, hein ? » belle diversion, très TRÈS subtile Alex ! Puis elle me dit qu'elle allait bien suite à ma question et me répéta la sienne. «  Je ne sais pas Dianna, le hasard sans doute ! » ironisais-je en ignorant comment faire pour me dépêtrer de cette situation. Mon regard ne quittait pas le sien. Elle avait l'air tellement froide, tellement distante. Mais qu'est-ce que j'espérais, hein ? Elle me demanda si j'avais alzheimer et malgré moi un rire m'échappa tendis que je m'adossais à une étagère, un pied en arrière pour m'aider à me tenir :  « Ce serait trop long à t'expliquer pourquoi je suis là. Mais maintenant que t'es face à moi j'aimerais te dire quelque chose qu'encore maintenant je regrette... » énonçais-je sans la quitter de mes yeux bleus et pénétrants. Je poursuivis : « J'aurais pas du te traiter de cette manière. J'aurais du au moins m'excuser et même cela je n'ai pas osé le faire. Alors maintenant qu'on est là. Je m'excuse. T'en as surement rien à foutre après tout ce temps. Et tu dois me prendre pour un malade, mais voilà au moins je soulage ma conscience de tordu. » et tout en parlant en essayant de diminuer mes pointes d'humour déplacé je tripotais une petite peluche Titi signe de ma nervosité même si je semblait plutôt détendu. Mes mèches blondes retombaient sur mes yeux avec élégance. C'était très anglais. « Enfin voilà, tu peux partir, je vais ranger. » déclarais-je alors en laissant mon sourire de nouveau refaire surface. J'avais fait ce que je voulais. Même si je gardais et garderais toujours une certaine tendresse pour elle, je devais la laisser partir et retourner à sa vie. J'avais déjà fait suffisamment de dégâts. Plus que n'importe qui au monde Dianna méritait d'être heureuse. Cependant elle ne semblait pas être de cette avis puisqu'elle me demanda alors comment je savais qu'elle avait un fils. Aoutch... Une légère grimace m'échappa, même si un sourire était toujours impeccablement dessiné sur mes lèvres. Je grattais l'arrière de ma tête. « C'est ta mère qui me l'a dit... On s'envoie trois à quatre cartes postales dans l'années et elle me l'a dit... au détour d'une ligne ou deux... » avouais-je comme si c'était tout à fait normal, en haussant les épaules, mais sans oser la regarder dans les yeux. Puis lorsqu'elle m'a demandé si je l'avais suivie tout ce temps, j'éclatai de rire en la regardant dans les yeux, pour vérifier si elle était sérieuse. « Nan, tu me prends pour un dingue ou quoi...? J'ai une vie quand même. » et je ne sais pas pourquoi, mais je sentais de la chaleur en moi quand je la regardais. Comme si l'affection que je lui portais signalait sa présence. D'ailleurs, je me suis mis à rire. Je trouvais sa remarque drôle en fait. Puis elle se mis à me parler de Kristen Stewart et mes sourcils se froncèrent : « Kristen ? Je l'ai pas revue depuis la fois où … » je suspendis ma phrase, la fin étant parfaitement compréhensible. La dernière fois que je l'ai vue c'est aussi la fois où j'avais couché avec elle. «  J'ai jamais aimé Kristen et réciproquement, on a juste été attiré par l'autre et encore je ne suis pas sûr... On était amis, on s'entendait bien et … un jeu en entraînant un autre on s'est embrassés... Et c'est passé ce que le destin voulait qu'il se passe. » énonçais-je simplement en me remémorant ce souvenir, nous ne pouvions pas revenir en arrière de toutes façons et je ne cherchais pas à me trouver une excuse. De toutes façons c'était bien trop tard. Et... Honnêtement même si je gardais de l'attachement pour Dianna, je n'étais plus amoureux d'elle. Alors pourquoi perdre mon temps à lui fournir des excuses périmées? Peut-être qu'en recommençant à la fréquenter, à devenir son ami, des sentiments pourraient revenir, mais à cet instant-là, je ne la voyais plus de cette manière. «  Et si ça t'intéresse je suis fraîchement célibataire, je crois que ma fiancée m'a fait le même coup que je t'ai fait. Karma quand tu nous tiens. Mais ça va, je le vis plutôt bien. » déclarais-je toujours dans ce sourire, comme si j'allais me mettre à rire, sans la quitter des yeux. Elle avait des yeux bleus à faire perdre les pédales, mais je restais maître de moi-même. Dianna était mariée et mère de famille. Mais sur le coup je me disais que ce serait facile de retomber sous son charme. Enfin la question ne se posait plus. J'étais finalement plutôt droit comme garçon. Puis lorsque je lui demandai si les peluches étaient pour son fils elle se mis à perdre confiance en elle comme si je me moquais d'elle. Mon visage se décomposa. Je n'ai jamais supporté voir les gens malheureux. Et Dianna ne faisait pas exception. « Non bien sûr que non... » énonçais-je en portant inconsciemment ma main sur la sienne, comme si ce simple geste pouvait la rassurer. Sans y faire attention je m'étais rapproché physiquement d'elle, baissant mon regard dans le sien. « Non, je me moquerais de toi si tu lui prenais des Kaplas, mais une peluche je trouve ça plutôt cool. » riais-je alors doucement ne pouvant m'empêcher de faire l'abruti plus de cinq minutes. Mais je l'avais dit d'une manière communicative, comme si je cherchais à la faire rire pour la chasser de ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 05/12/2013
Autographes : 1640
Métier : Actrice


more about me
statut: fiancée
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: Apologize Feat. Dianna   Dim 9 Avr 2017 - 19:50

Alex Pettyfer, Dianna Agron / Apologize

I just know you saved my life, you saved me. I'mma be alright, you saved me. How can I stand next to you all alone and do nothing at all? It starts in my hands, straight to my bones, head spinning when you fall. With my heart safe and sound, I stay. And my feet on the ground, I say. I've never been higher. Let the world catch fire. Living, loving, I stay. ▲ Hedley




Avoir couché auprès d'elle fut la goutte qui a fait déborder le vase. Il a tout simplement couché auprès d'elle comme-ci il était normal qu'il le fasse après qu'il ait demandé à Dianna de l'épouser. Savoir qu'elle avait été trahie fut un véritable drame et elle a tout simplement agit dignement. A savoir, quant il fut de retour de leur week-end, elle a simplement demandé à Alex s'ils avaient couchés ensemble, malgré une réponse négative, ce fut l'inverse. Ils avaient couchés ensemble. Dianna restant interdite face à ça. Il fallait qu'elle trouve la force et elle eut le courage de retirer sa bague de fiançailles et de s'en aller comme ça, sans précisions. Tout était clair, inutile d'ajouter quoi que ce soit au départ qu'elle lui a infligé après qu'il l'ai ainsi trompée. Ils étaient si liés, ils s'aimaient et puis, il l'a trahie. Ça arrive si souvent. Dianna avalait difficilement sa salive, jusqu'à maintenant ils s'étaient abstenus de se voir, ça aurait été excessivement difficile. Puis, aujourd'hui, savoir qu'il était présent, à Astoria était une nouvelle peu agréable. Il déposait une peluche qui ressemblait à un dauphin puis, disait qu'elle était sympathique. Les dauphins étaient sympathiques ? Sans réfléchir, telle une enfant colérique, elle se saisissait de la peluche dauphin et la balançait sur Alex.

DIANNA : « Oui sympathique, surtout quand je peux te la balancer dans la figure. » dit-elle ironiquement. « Ce dauphin t'es apparu dans la figure également par pur hasard. » ajoute-t-elle alors.

Une façon afin d'éviter de l'assainir d'une gifle et/ou d'un pieds à un endroit spécifique. Il serait dommage de le priver d'avoir des enfants, quoi que si elle pouvait le priver d'engendrer des êtres aussi infâmes qu'il l'était, ça vaudrait sans doute mieux. Alex était un véritable enfant, elle se souvenait qu'ils étaient littéralement le contraire, sauf qu'ils étaient amoureux et cette époque revenait sans prévenir dans les songes de l'actrice. Soit, elle ferait tout ce qu'elle peut afin de s'empêcher de pardonner à Alex. Pardonner à Alex serait complètement absurde, ça voudrait dire qu'elle accepte qu'il l'ai trompée. Hors de question. Dianna interroge Alex à propos du retour mystérieux qu'il fait à Astoria, sachant que, techniquement il aurait pu emménager dans tous les endroits du monde sauf ici.

DIANNA : « Si tu crois que ça suffit à ce qu'on tourne la page et que je puisse un jour te pardonner, c'est que tu ignores qui je suis. Sache que tes excuses me sont égales. Tu veux avoir bonne conscience, alors tant mieux, cependant c'est uniquement vis-à-vis de toi-même que tu fais ça, et non à propos des actes que tu as eu à mon égard. » dit-elle alors qu'elle détourne le regard. Arrêter de le regarder tandis qu'il fait ce regard de chien battu.

Cet anglais la faisait sortir de ses gonds. Il l'expédiait après avoir dit ce qu'il avait à dire. Il méritait tout simplement une gifle, d'ailleurs les songes de l'actrice étaient tout à fait similaire à ça. Dianna songeait déjà à l'assainir d'une gifle et ajouter qu'effectivement, ça soulageait également sa conscience, sauf qu'elle était élevée correctement et que perdre possession de ses moyens et surtout de sa sérénité serait une erreur. Tout à coup, elle écoutait alors les propos d'Alex. Il affirmait qu'il s'agissait de sa mère qui l'avait trahie et avait donné ces informations à Alex. L'expression du visage de Dianna fut si dure qu'elle fut incapable de ressentir la moindre émotion positive. Dianna savait qu'ils communiquaient, ils étaient déjà très amis à l'époque, ils adoraient Alex, cependant, savoir que sa mère racontait sa vie privée à l'ex qu'elle avait eu à un moment et qui l'avait détruite, ça c'était hors de question.

DIANNA : « Tu peux avoir la certitude que celle qu'elle t'as envoyée sera sans doute la dernière que tu auras. Tu n'as pas le droit de demander de mes nouvelles à mes parents. C'est toi qui a fait que nous en sommes à ce stade-là, alors retourne d'où tu viens et surtout restes-y ! » ajoute-t-elle alors tandis qu'elle ramasse ENFIN la peluche qu'elle a balancée dans la figure de l'acteur. Dianna prenait effectivement Alex comme un demeuré, et c'est effectivement une insulte envers les demeurés puisqu'eux-mêmes sont mieux que cet homme qu'elle a face à elle. « Oui ta vie se résume à briser celles de ceux que tu connais. J'avais oublier. » dit-elle comme-ci elle était une imbécile d'avoir oublié ça.

Il indiquait qu'il avait vu Kristen simplement quand ils avaient couchés ensemble.

DIANNA : « Où tu as couché auprès d'elle, je me souviens effectivement. » indique-t-elle afin de l'aider à finir sa phrase.« Tu me dis que tu as couché avec Kristen et mis notre couple à la poubelle parce que tu étais attiré ? » dit-elle alors soudainement furieuse. Quoi qu'en réalité, elle n'a jamais cessée d'être furieuse. « Arrête de mettre tes actes sur le destin, c'est ta connerie qui a fait ça, et non le destin ! » dit-elle alors qu'elle s'éloigne légèrement de l'acteur.

Dianna aurait eu envie de répondre « Et alors ? Si je dois être triste c'est dommage sauf que c'est pas le cas, tu mérites ce qui t’arrive. » Sauf qu'au lieu de ça elle eu un soupir qui s'échappait et indiqua.

DIANNA : « Tes histoires me sont égales. » affirme-t-elle. Il se fichait d'elle c'était une obligation qu'il se fiche d'elle actuellement, comme il l'a toujours fait. Dianna senti sa main sur la sienne, elle la regardait interdite sans bouger sans réagir. Dianna retirait sa main après un court instant puis, elle relevait le nez face à Alex. « Je me demande ce qui a fait que je t'ai aimé. Tu t'es toujours moqué de ce que j'ai éprouvé. Tout ce que tu fais aujourd'hui c'est pour soulager ta conscience. Sache que je te déteste et que je n'arriverais jamais à te pardonner ça. »

©clever love.

-●-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 08/04/2017
Autographes : 1863
Métier : acteur et mannequin


more about me
statut: compliqué
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: Apologize Feat. Dianna   Dim 9 Avr 2017 - 23:54

Dianna perdait complètement le contrôle d'elle-même et me balança une peluche dans la figure que j'ai tenté d'esquiver, sans succès. " Mais ça va oui! Je te balance pas des objets dessus moi!" rétorquais-je avec emportement, plus surpris qu'en colère. Puis par pur esprit combatif, je lui lançai un tigre en peluche dans la tête, en visant bien le nez. " Tiens ça te calmera." raillais-je avec une suffisance qui me caractérisait pas du tout. C'était comme si Dianna faisait surgir les pires aspects de ma personnalité.

Dianna me fit alors un long discours sur le fait que mes excuses étaient seulement du à ma propre conscience personnelle. Bah oui et alors? je me retenais de laisser mon insolence prendre le dessus. Mais il y avait quelque chose que je ne comprenais pas. Elle avait une nouvelle vie, un fiancé, un gosse. Une vie parfaite. Est-ce que cela lui ferait si mal de m'accorder son pardon? Elle était passé à autre chose non? " On l'a pas déjà tourné la page? " la questionnais-je alors, en fronçant les sourcils. " Tu sais si tu as encore des sentiments pour moi c'est pas ma faute. Personnellement je l'ai tournée depuis belles lurettes la page." déclarais-je sans aucune pitié dans un beau sourire sadique. Après ce qu'elle venait de me balancer, je n'avais vraiment aucuns scrupules. Comme si cela me faisait plaisir d'insinuer de telles choses. Mais elle l'avait cherché. J'étais venu en hissant bien haut le drapeau blanc, c'est elle qui voulait la guerre, clairement. " En ce qui concerne ma conscience évidemment que cela ne concerne que moi, toi tu as ta vie. Tu n'as jamais cherché à prendre des nouvelles. Moi j'ai couru après tes parents, des détectives privés pour savoir si tu allais bien dans ta vie. Si tu te remettais. Tu crois que c'est complètement dénué d'intérêt pour toi que je l'ai fait? A chaque fois que je pensais à toi, j'avais comme une blessure dans le coeur, ça a doucement fini par cicatriser, mais j'avais toujours ce regret de ne pas m'être excusé après ma faute. Et six ans plus tard, je le paye encore. Tu crois que ça me fait plaisir de savoir que tu me détestes? Si c'est le cas, c'est que c'est toi qui ignores qui je suis. " rétorquais-je complètement enflammé bien que je tâchai de garder mon calme, en dépit des pics de volume de ma voix sur certains mots.

Elle était sérieuse là? " Tu veux m'empêcher de parler à ta mère? J'ai partagé plus de bons moments avec elle qu'avec toi ces six dernières années, tu n'as pas le droit. Et puis on ne parle pas que de toi, cette amitié ne te regarde absolument pas." déclarais-je en me retenant de sourire. J'agissais comme un petit garçon obtus et fier. Mais Dianna faisait de même. Et puis sa mère m'adorait en vérité et même si sa fille lui demandait je savais pertinemment qu'elle continuerait toujours de me parler en cachette. Et j'étais plutôt fier d'avoir cette relation privilégiée avec la mère de Dianna. Et puis fallait le reconnaître, la mère de Dianna savait tout de ma relation avec Marloes, nous avions su nous détacher de Dianna.

Puis la jeune femme, toujours furieuse et sarcastique me balança que je n'étais bon qu'à briser la vie des gens. Un rire bref m'échappa tendis que je continuais scruter ses yeux bleus électriques. " Tu vas te calmer oui? " l'interrompis-je en regardant autour de nous. Nous commencions à nous faire regarder. " Et je ne brise pas la vie des gens Dianna... juste la tienne." et voilà, je devenais purement méchant avec le sourire vilain qui allait avec. " Tu fais vraiment ressortir le pire chez-moi, je sais vraiment pas pourquoi je suis venu ici." marmonnais-je dans ma barbe en secouant la tête tout en regardant ailleurs. J'avais envie de partir. Cette discussion était une très mauvaise idée.

A chaque fois que je disais un mot elle montait sur ses grands chevaux, c'était à croire que je pouvais pas sortir un mot sans attiser la colère du dragon. " Oh ça va, c'est du passé, tu vas m'en vouloir encore combien de temps Dianna? Jusqu'à ce qu'on ait 80 ans? Elle est si grande ta haine pour moi? " la questionnais-je avec des yeux comme des soucoupes tellement je commençais à désespérer. Cette fureur n'avait plus de sens, il y avait prescription. Franchement si elle n'avait personne, je comprendrais, mais là elle avait trouvé le grand amour à ce que j'avais comprit. " Et oui j'ai été faible, je n'ai pas d'excuse, on ne va pas en parler encore et encore. Si ça se trouve Kristen a oublié cette histoire et toi tu en fais encore tout un cake." déclarais-je alors sans comprendre la colère de Dianna en passant une main tracassée dans mes cheveux. Moi je ne lui en voulais pas de s'être si vite remise sur le marché après notre rupture. Puis elle ne supporta pas ma remarque sur la destiné, et un rire m'échappa malgré moi. " Hey... " entamais-je doucement en croisant son regard toujours très colérique " Chacun ses croyances, ok? " rétorquais-je avec humour en levant les mains en l'air. Pourquoi j'étais souriant et joyeux comme ça dans une telle situation? Je l'ignorais. C'était ma vraie nature qui revenait même si la jeune femme faisait tout pour m'insupporter. Mais apparemment j'avais plus de nerf qu'elle.

Puis elle me fit comprendre qu'elle en avait rien à faire de mes histoires. Ah bah enfin une réaction logique! " Enfin! Je commençais à désespérer." rétorquais-je dans un sourire " Maintenant que tu t'en fou de moi et de ma vie, tu peux me pardonner. Qu'est-ce que ça te coûte si tu t'en fiches, hein ? " repris-je alors en pensant enfin voir le bout de cette longue discussion qui commençait à me rendre fou.

Cependant sa dernière réplique semblait contredire ce qu'elle venait de me dire. Mes sourcils se froncèrent. Mais de quoi me parlait-elle? " Tu penses que je suis égocentrique c'est ça? Que je pense qu'à ma petite personne et que cela à toujours été le cas? " en vérité, j'étais sidéré qu'elle puisse penser une telle chose de moi. Néanmoins j'avais un sourire de stupeur figé aux lèvres. C'était un coup dur parce que c'était loin trèèès loin de la vérité. Je l'avais aimée, c'était même la première personne que j'ai vraiment aimée. Pour dire vrai je croyais qu'on finirait grabataires ensemble, même si nous ne sommes même pas parvenus à l'autel que notre relation avait pris l'eau. " Pense ce que tu veux. Cela n'a plus d'importance de toutes façons maintenant." déclarais-je, blessé, non pas dans mon amour propre, mais dans ce qu'elle pouvait bien penser et ce qu'elle avait vraiment ressenti auprès de moi. " Si je suis venu aujourd'hui c'était certes pour soulager ma conscience, mais si j'avais eu l'ombre d'un doute que tu souffrais encore de cette situation je serais venu pour d'autres raisons... et bien avant. " déclarais-je en me rendant bien compte que c'était facile de le dire maintenant. Cependant c'était la vérité. " De toutes façons tout est trop tard. Je te souhaite une bonne vie avec ton compagnon et ton fils. Car contrairement à ce que tu penses, je me suis toujours soucié de ton bonheur. Mais je ne resterais pas plus longtemps pour te pourrir l'existence comme tu le penses. " je lui tirais mon chapeau invisible avec une froideur qui ne m'était pas commune, en lui tournant le dos, m'en allant. Je n'avais plus rien à lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 05/12/2013
Autographes : 1640
Métier : Actrice


more about me
statut: fiancée
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: Apologize Feat. Dianna   Lun 10 Avr 2017 - 12:43

Alex Pettyfer, Dianna Agron / Apologize

I just know you saved my life, you saved me. I'mma be alright, you saved me. How can I stand next to you all alone and do nothing at all? It starts in my hands, straight to my bones, head spinning when you fall. With my heart safe and sound, I stay. And my feet on the ground, I say. I've never been higher. Let the world catch fire. Living, loving, I stay. ▲ Hedley


Sachant tout ce qu'il disait et ce qu'il insinuait, elle était obligée d'agir ainsi. S'il trouvait normal d'agir comme-ci ils s'étaient quittés comme des amis qui se feraient un déjeuner un de ses quatre, elle trouvait ça tout simplement aberrent. Il se saisissait d'une peluche qui ressemblait à un tigre et alors, il fit exactement pareil que ce qu'elle eu fait quelques instants avant. Dianna fronçait les sourcils et mis la peluche qu'elle serrait dans sa main sur l'étagère tandis qu'elle marmonnais d'une voix si faible qu'il était peu probable qu'il ait pu savoir ce qu'elle eut dit.

« Jamais tu recommences ça. » dit-elle fronçant les sourcils.

Ses excuses étaient inutiles. Dianna était à présent heureuse auprès de Ian Harding auprès duquel elle habitait depuis quelques temps et surtout auprès duquel elle avait eu un enfant. Thomas Harding, qui est né le huit septembre deux mille seize. Dianna a mis si longtemps afin de se remettre de sa séparation auprès d'Alex, elle a pleuré des mois et des mois durant avant d'arrêter de pleurer. Si elle essayait de remonter à chaque fois, un détail faisait qu'elle plongeait et que tout s'écroulait autour d'elle. Dianna se figeait lorsqu'il affirmait que si elle possédait toujours des émotions relatives à l'amour à l'égard de ce qu'il était, c'était tout sauf sa faute. Sans attendre, sa main s'élevait dans les airs et vint atterrir sur sa joue.

« Je préfère mourir que t'aimer. » dit-elle. Ses mots étaient sans doute exagérés, sauf qu'elle voulait qu'il comprenne à quel degré elle le détestait. Dianna ignorait d'ailleurs si elle le détestait véritablement, six ans s'étaient écoulés. Il fallait dire qu'elle songeait aux longs mois durant lesquels elle a souffert et effectivement elle s'était dit à cette époque qu'elle y arriverait sans doute jamais. « Tu as fait quoi ?» dit-elle tandis qu'elle fait référence au fait qu'il dit avoir engagé un détective privé. « Quel genre de personne normale engage un détective privé ?» dit-elle avant d'écouter les mots qu'il prononce après. « J'ai longuement travaillé afin d'avoir une telle vie et je t'interdis de dire que tu avais le cœur déchiré, tu es le responsable de ça. Ce détective t'as dit, il t'a dit les longs mois à pleurer dans ma chambre ? Il t'as dit les longues journées à rester enfermée ? Non bien sûr, il voulait te dire ce que tu voulais entendre. » dit-elle à bout de souffle tandis qu'elle l'observe. Les détectives privés sont des imbéciles.

Si elle était sérieuse ? Il s'agissait de sa mère et malgré qu'elle aime Alex, elle doit s'abstenir d'aller dire qu'elle a un petit-ami, qu'elle s'est fiancée et qu'ils ont eu un bébé. Hors de question qu'il sache sa vie privée. « C'est exactement ça, tu dois arrêter de faire partie de ma vie, y compris celle de ma mère. Je me fiches de savoir ce qu'elle te dit, que ce soit de moi-même que vous discutiez et/ou du temps qu'il fait dehors, tu arrêtes ça immédiatement. » dit-elle excédée. Sa mère entendrait parler du pays, et surtout elle saurait à quel degré ça lui déplaisait.

A chaque fois qu'il était présent, il la faisait souffrir. Il s'était excusé cependant il mentait, sinon il se serait abstenu d'ajouter qu'en réalité, il avait juste brisé sa vie à elle. « Tout ce que j'ai fait, c'est juste de te faire dire ce que tu pensais véritablement et j'ai désormais toute la vérité. Tu as voulu briser ma vie. » dit-elle alors. Tout ça étaient des actes alors volontaire.

Alex l'interrogeais afin de savoir si elle le rendrait coupable jusqu'à ce qu'ils aient 80 ans. Si sa haine était si grande, c'est tout simplement parce qu'elle acceptait guère qu'il puisse vouloir balancer de telles excuses et dire qu'elle pouvait partir, juste parce qu'il voulait soulager sa conscience. « Tu sais des fois tu devrais te regarder dans un miroir. » dit-elle alors. Dianna se crispait. Il énonçait le prénom de Kristen. « Je vais reprendre tes mots, c'était qu'une attirance physique, elle t'aimait pas comme tu l'as dit, alors si elle s'en fiche aujourd'hui c'est normal. Tu as brisé ma vie. Je voulais avoir un avenir ensemble, avoir des enfants, nous marier, et mourir ensemble. Tu comprends ça ? Non évidemment. Pour toi c'était il y a six ans. Mais ça fait parti de mon passé, de mon présent et de mon avenir. Je suis passée à autre chose, mais ça n'en reste pas moins douloureux pour autant. Tu étais l'amour de ma vie à cette époque. Et quand l'amour de ta vie te brise le cœur, tu n'as plus rien à attendre. » dit-elle. Aujourd'hui, il s'agissait de Ian, l'amour de sa vie. Ils mourraient ensemble sans doute. Verrait grandir leur enfant, peut-être qu'ils en auraient d'autres. « Je te le répètes, je ne te pardonnerais jamais d'avoir brisé ma confiance, d'avoir brisé tant de choses qui pour toi sont insignifiantes et peuvent être effacées avec un simple « désolé ». » dit-elle alors qu'elle le regarde.

Dianna voulait le blesser autant qu'il l'avait blessée elle, elle voulait être méchante et l'atteindre. Qu'il arrête de se trouver des excuses, qu'il arrête de croire qu'après six ans, tout pouvait être oublié. Ils étaient fiancés, prêts à se passer la bague au doigt, ils voulaient un avenir ensemble. Du jour au lendemain, tout s'est effondré. « Mais tu n'es pas venu. Tu as attendu six ans, toutes les émotions qui m'ont traversées, tu y songes ? Savoir que j'étais sans doute insuffisante à cette époque, que possiblement Ian, mon fiancé actuel serait susceptible de me quitter pour les mêmes raisons ? Tu vois, je ne t'aime plus comme à cette époque mais... » dit-elle soupirant. « Mais tu as brisé quelque chose en moi. Si pour toi ça ne signifie rien, je me bats chaque instant contre les sentiments que tu m'as fait ressentir et qui restent ancrés. » dit-elle alors qu'elle tourne à son tour les talons. Avouer à Alex que tout ce qu'elle voulait lui faire comprendre c'était qu'à cause de ça, elle manquait cruellement de confiance en elle, et qu'il lui rappelait de mauvais souvenirs, était difficile. Elle n'aurait sans doute jamais dû le lui dire. Peut-être que cette fois-ci il la retiendra, qu'ils pourront parler comme des adultes plutôt que de se balancer des horreurs à la figure. Mais elle n'en sait rien, elle se retient de faire que son maquillage coule.

©clever love.

-●-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 08/04/2017
Autographes : 1863
Métier : acteur et mannequin


more about me
statut: compliqué
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: Apologize Feat. Dianna   Mar 11 Avr 2017 - 21:08

Elle semblait être dans une telle fureur... Quelque part cela me surprenait et me rendait un peu vacillant. Bien que je ne montre rien, j'étais plutôt sensible aux émotions des gens. Et je pouvais la sentir vibrer de partout. Elle marmonna quelque chose que je n'entendis pas. Après tout je ne suis pas superman j'ai pas une ouïe sur-développée. Alors j'haussai les épaules. Tout ce que je voulais moi, c'était me barrer. Non pas par lâcheté, mais parce que j'ai tendance à fuir les situations anxiogènes.

Evidemment je savais que j'étais entrain de franchir une limite, mais la colère prenait possession de mon corps. Je ne pouvais pas ne pas réagir. Et elle n'apprécia pas du tout ma remarque sur le fait que si elle avait encore des sentiments pour moi ce n'était pas de ma faute. Mais si j'avais franchi une limite avec mes insinuations, elle avait traversé la ligne de non retour en me giflant. Et ses mots, bien que je ne sois plus amoureux d'elle me firent du mal. C'est toujours dur de se faire rejeter. Surtout quand on a rien demandé. Ma mâchoire se contracta et mon regard avait perdu tout éclat de bonheur ou de joie, il n'était que colère et rage. Je tremblais de colère. " Très bien." rétorquais-je simplement, en restant le plus impassible possible. Après tout si cela la soulageait de me frapper, je pouvais bien la laisser faire non? Elle avait tous les droits après ce que je lui avait fait, n'est-ce pas? Un rictus m'échappa.

Puis elle s'offusqua en apprenant que j'avais engagé des détectives privés. Un rire froid, presque noir m'échappa tendis que je la considérais dans les yeux. " Tu voulais que je fasse comment pour prendre de tes nouvelles? Il me fallait du concret et je ne pouvais pas me permettre que tu l'apprennes. C'était la solution la plus facile. " lui appris-je sans plus rien lui cacher. Après tout à présent autant dire toute la vérité. Nous n'étions plus à ça près.

Puis Dianna me lança cette longue tirade sur le fait que je n'avais pas le droit de lui dire que j'avais eu le coeur déchiré, qu'elle avait travaillé dur pour avoir cette vie et qu'elle avait pleuré de longs mois. Un rire bref m'échappa. Au final cette rupture aurait été inévitable, nous n'étions vraiment pas fait pour nous comprendre. " C'est pas parce que j'ai été le fautif que cela m'a empêché d'avoir honte. T'étais pas la seule à te sentir engagée dans cette relation. Et les détectives n'espionnaient pas ce que tu faisais dans ta chambre... je ne t'ai pas mise sur écoute... ils m'ont juste dit que tu voyais des hommes... " énonçais-je en fronçant un peu les sourcils. Ne comprenant pas pourquoi les faits ne se recoupaient pas...

Et voilà elle repartait dans ses remarques mélodramatiques, je levai les yeux au ciel. J'avais seulement dit cela parce qu'elle m'avait énervé. Jamais sciemment, j'irais pourrir la vie des gens. Les embêter, les taquiner, oui, mais les pourrir jusqu'à l'extrême non. Elle devait vraiment me prendre pour un être abject... C'était à se demander si elle avait raison... Je ne pouvais pas être aussi horrible, si? Est-ce que c'était le véritable moi qui parlait? C'était effrayant... Je ne voulais pas être cet homme... froid, tranchant... Je voulais être doux, gentil, agréable et sans prise de tête... Mais avec elle c'était impossible. Elle ne m'en laissais pas même la chance. C'était regrettable, mais je me disais que rien ne pourrait changer tant qu'elle me fermerait la porte. Puis elle me balança alors que devais me regarder dans la glace. Et voilà, une remarque désagréable de plus dans la gueule! " C'est bon j'en ai assez entendu." déclarais-je en rendant les armes, ne pouvant en supporter davantage sans que mes oreilles se mettent à siffler. Je voulais vraiment partir. Si c'était juste pour qu'elle me fasse souffrir, je préférais partir. Je n'étais pas masochiste. Au lit, peut-être un peu... mais pour jouer, comme ça de temps en temps, pas dans la vie. Je n'avais plus envie de répondre à cela. De continuer à agir en salaud alors que ce n'était pas ce que je voulais être ni montrer de moi. Je préférais cent fois mettre les voiles et ne plus avoir l'écouter. De toutes façons je me rendis compte que j'avais la gorge si serrée qu'elle m'avait rendu incapable de parler. Cependant elle se mis alors à parler de Kristen et j'étais obligé de lui répondre. Et là, j'ai explosé. " ET MOI JE LE VOULAIS PAS PEUT-ÊTRE!? " la questionnais-je sans parvenir à contrôler ma rage, en lui hurlant dessus sans même le vouloir, la considérant dans les yeux avec un air à la fois d'incompréhension et impitoyable. " Oui ça t'a fait mal, oui j'ai agit comme un connard, oui j'ai foutu tes projets en l'air, mais tu sais quoi, c'est pas seulement TA VIE que j'ai mis sans dessus-dessous, c'est la mienne aussi! J'en peux plus Dianna, merde on n'est pas des animaux, on pourrait parler calmement sans vouloir se sauter à la gorge non? " ma voix était brûlante d'émotion autant qu'elle était hachée. J'étais rarement aussi démonstratif dans ma colère. " Ce ne sont pas des choses insignifiantes, sinon je serais pas là. J'espérais juste que cela se passerait mieux. Parce que c'est dans mon état d'esprit d'arranger les choses de façon pacifique. Tu aurais préféré quoi? Que je ne revienne jamais m'excuser? Que je vienne en pleurant? Non, désolé, c'est pas mon genre." repris-je alors en essayant de dompter mon ton intempestif. Avant d'arriver je n'étais pas dans cet état-là. Mais Dianna faisait surgir tout un tas d'émotions en moi. C'était comme si tout était exacerbé. Comme si je faisais un bond de six ans en arrière et que mes émotions étaient entrain de toutes se réveiller et de brûler.


Alors que j'avais décidé de partir, que je lui tournais déjà le dos elle me balança alors que justement je n'étais pas venu il y a six ans. Ces simples mots m'arrêtèrent net. Elle pensait que je l'ignorais? Que je ne comprenais pas ce que cela impliquait? Dos à elle, je pu entendre des choses dans sa voix auxquelles je n'avais pas prêté attention tout à l'heure. Elle tremblait... Elle n'était pas seulement en colère, elle était triste aussi... et sincère. Et même si je la détestais pour tout ce qu'elle me disait depuis tout à l'heure, cela me fit du mal. Je serrais les poings. Je ne savais plus quoi faire, quoi dire ou comment réagir... A chaque fois que je parlais elle me balançait des monstruosités à la figure. Elle ne voulait pas me laisser être bon avec elle. Elle n'avait qu'à aller retrouver Ian, il saurait la consoler. Moi elle ne me laisserait même pas l'approcher de toutes façons... Elle me haïssait... Mais sa dernière phrase m'acheva. Je sentis ma gorge se nouer toujours plus étroitement et mes yeux s'obscurcir d'un voile. C'était stupide, j'avais l'impression de revivre cette rupture. Je passais une main lasse sur mon visage fatiguée. Mais qu'est-ce que je devais faire? Ne valait-il pas mieux la laisser partir et ne plus jamais chercher à la contacter. Mais voilà si elle avait mal autant que moi à ce moment présent je ne pouvais pas la laisser partir... Alors... " Attends... " ma voix était à peine un souffle, à peine audible. Me tournant alors doucement vers elle. Je n'avais même plus la force de lui sourire, mais j'essayais. " Ecoute, je sais que c'est pas suffisant et que cela ne le sera jamais. J'aurais voulu pouvoir effacer ce que tu as ressenti et le manque de confiance en toi que tu ressens encore aujourd'hui à cause de ce que je t'ai fait. "entamais-je dans un murmure presque haché à certains moments de ma phrase. J'avais vraiment du mal à parler, mais je le faisais tout de même. Et je la regardais droit dans les yeux. " Mais c'est pas possible. Et pour ce que ça vaut... tu étais suffisante, amplement suffisante même... " ce discours arrivait tellement à retardement. " Je ne sais plus quoi te dire. Je ne sais même pas si on a encore des choses à se dire... " finis-je par dire, ce n'était pas pour la blesser, c'était la réalité. Du plus profond de moi je tenais à ce que cette discussion s'achève sous de meilleures auspices. Cependant je me voyais mal lui proposer d'aller boire un café pour aller discuter. Cela m'aurait presque fait rire si la situation n'était pas aussi dramatique. Cela prendrait du temps avant qu'on puisse se parler sans haine et surtout qu'on ait l'envie de passer du temps ensemble. Peut-être cela n'arriverait jamais à vrai dire. Mais il n' y avait personne à blâmer finalement. Personne ne pouvait plus changer cela. On dit souvent qu'il n'appartient qu'à nous de changer les choses. Mais parfois ces choses nous dépassent et nous ne pouvons rien faire. Et c'était le cas présentement. Seul un miracle pourrait changer notre relation actuelle. Et j'étais prêt à parier que jamais nous ne pourrions devenir amis. Il y aurait toujours ce passif trop lourd à porter. Alors je continuais de la regarder silencieusement, n'osant presque pas briser le silence qui s'était instaurer. " Au revoir Dianna." déclarais-je alors finalement, dans un demi-sourire. Comme si c'était la dernière fois que je la regardais, que je lui parlais. Et dans cet au revoir, il y avait clairement du regret... Et pour de bon cette fois-ci, je fis demi-tour et parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
A Astoria depuis : 05/12/2013
Autographes : 1640
Métier : Actrice


more about me
statut: fiancée
my life :
people i care about :


MessageSujet: Re: Apologize Feat. Dianna   Jeu 13 Avr 2017 - 18:17

Alex Pettyfer, Dianna Agron / Apologize

I just know you saved my life, you saved me. I'mma be alright, you saved me. How can I stand next to you all alone and do nothing at all? It starts in my hands, straight to my bones, head spinning when you fall. With my heart safe and sound, I stay. And my feet on the ground, I say. I've never been higher. Let the world catch fire. Living, loving, I stay. ▲ Hedley


Dianna était furieuse qu'il soit à Astoria, furieuse qu'il puisse songer un instant que ses excuses étaient suffisantes afin qu'elle oublie tout ce qu'elle à éprouvé lorsqu'ils se sont séparés, qu'elle a su qu'il s'était autorisé à la tromper et mettre leur relation à la poubelle sans le moindre remord. Il se trompait s'il croyait ça puisque effectivement, il était tout sauf suffisant de s'excuser, surtout qu'actuellement, tout ce qu'elle voulait était l'assainir d'une gifle tant les propos qu'il avait étaient absurdes et sans fondements.

Il considérait cependant qu'il était suffisant d'agir ainsi, qu'il pouvait tout simplement dire qu'il était désolé et que ce serait suffisant. Dianna soupirait simplement à ce qu'il disait. Ils étaient chacun sur leurs positions et c'était d'autant plus agaçant. Ils avaient chacun une façon précise de voir et d'interpréter ce qu'ils ont vécus ensemble. Ils ont vécus ensemble une grande aventure et après, ils ont vécus séparément. Ils n'ont pas vécu cette séparation d'une façon identique. Ils ont traversés ça à leur façon et Dianna l'a vécu douloureusement. « Nous nous étions séparés, tu devais simplement m'oublier et poursuivre l'existence que tu aurais menée sans notre histoire à nous. » dit-elle alors simplement.

Dianna était sûre à cette époque qu'ils auraient terminés leurs jours ensemble, et pourtant il avait décidé de mettre un terme à leur relation quand il a décidé d'aller voir ailleurs. Dianna fut quand même et surtout surprise des mots d'Alex sachant qu'elle découvrait qu'en réalité, les hommes qu'il pensait être des amants étaient soient des amis, soient, ça a tourné court sachant qu'ils étaient simplement obsédés. Si elle devait être honnête, elle a essayé simplement auprès d'un d'entre eux, et ça a duré que le temps d'un rendez-vous, et après ce fut terminé. Sans remords elle a mis un terme à ça. « Tu devrais te faire rembourser, j'ai eu qu'un homme entre Ian et toi-même, et ça a duré le temps d'un soir, où j'ai failli l'appeler par ton propre prénom. Alors, s'il te plait, ne me parle pas de mes relations avec les hommes. » dit-elle alors excédée.

Tout ce qu'elle voulait à cette époque était qu'ils soient heureux ensemble, qu'ils se marient et qu'ils aient des enfants, un avenir et qu'ils puissent se construire ensemble. « J'ignore ce que tu voulais sachant que tu as couché auprès de Kristen. » dit-elle. Il s'agissait d'un raisonnement logique. Il voulait sans doute que leur relation s'achève. « Justement, tu as détruits nos vies Alex. Sauf que j'ai jamais demandé ça, j'ai jamais été coupable de ta tromperie, être toujours aimante et souriante, et devoir supporter l'amitié que tu avais auprès d'elle malgré mes réticences, après tout j'ai eu raison. » dit-elle alors d'un ton calme. « C'est toi qui hurle je te signale. » dit-elle haussant un sourcil. « J'aurais préférée que tu restes où tu étais, simplement. » dit-elle alors.

Savoir qu'il était désolé était sans importance. Il y a six ans, elle aurait voulu qu'il soit présent, aurait voulu qu'il soit à ses côtés et qu'il dise que c'était jamais arrivé et pourtant c'est arrivé. Sans doute devrait-elle tout oublier et durant le temps où Alex était hors d'Astoria, ce fut une réussite. A présent qu'il était à Astoria, elle ignorait ce qu'elle ferait. Surtout, Ian serait sans doute convaincu qu'il la voudrait alors que c'était faux.

« Je suis d'accord, nous n'avons plus quoi que ce soit à nous dire. » dit-elle amère.

Dianna voulait être amère et faire savoir à Alex qu'elle le détestait alors qu'en réalité, elle était au-delà de ce stade. Dianna voulait simplement oublier tout ça, sauf que le voir après autant de temps l'insupportait, comme-ci elle se devait de tout dire à Alex et se devait de le faire souffrir autant qu'il l'avait faite souffrir. Elle aurait tant de choses à dire encore. Qu'elle l'avait aimée tendrement, qu'elle l'avait voulu même après leur rupture, mais c'était il y a si longtemps. Elle n'était pas sûre de toute façon que ça améliorerait leur relation.

©clever love.



FIN DU SUJET

-●-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Apologize Feat. Dianna   

Revenir en haut Aller en bas
 

Apologize Feat. Dianna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» What about playing chess?
» ─ Liste des Avatars Pris.
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Astoria People :: THE TOWN :: Highway :: Mall of America :: Toys "R" Us-